Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Histoire du village arrow Histoire d'Evenos par Jean-Claude Léonide
Histoire d'Evenos par Jean-Claude Léonide Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Image

L'histoire de la commune d'Evenos, sise dans le département du Var, en Provence, n'est pas, dans ses grandes lignes, bien différente de celles des autres villages de la région. Ensemble, ils ont vécu les mêmes grandes heures de l'histoire de France, de Provence et du Var, depuis la préhistoire jusqu'à nos jours.

 

 

Est-ce à dire qu'elle serait, pour autant, dépourvue d'originalité et donc d'intérêt ? Ce serait méconnaître l'influence profonde des conditions particulières, des caractéristiques locales d'un site. Son histoire, incontestablement, se singularise par maints détails et épisodes qui sont le résultat du lieu, des circonstances, des hasards. Ainsi telle commune, durant les guerres de religion, fut ravagée, une autre épargnée... Bien des déterminismes existent, liés aux hommes qui l'ont peuplée, au cadre de vie que la situation géographique, le climat, la topographie, le relief, la nature du sol ont imposés. Ces derniers éléments ont à Evenos été tout à fait prépondérants.

Evenos n'est pas situé dans le haut-Var, pas même dans le centre Var. Elle est une commune littorale. Et cependant, elle n'est pas établie directement au bord de la mer. Une dizaine de kilomètres l'en séparent et pas des plus faciles à parcourir. L'histoire d'Evenos, nous le verrons, n'est pas liée ou très peu à la proximité de la mer. De plus, elle n'est même pas, ou peu, exposée à l'air marin, le relief faisant barrage aux influences maritimes.

Le relief, en revanche, est l'élément qui a marqué de son empreinte la plus forte la vie de ce terroir. On peut dire, sans crainte d'erreur, que la plus grande caractéristique du territoire d'Evenos est son aspect montagneux, caillouteux et forestier, formant un ensemble accidenté, tourmenté, fragmenté en petites unités territoriales isolées, séparées par des collines chaotiques, des ravins escarpés, des gorges profondes et de rares et petites plaines ou plateaux d'altitude faible et variée. L'impression d'ensemble est celle d'une nature sauvage, boisée, inhospitalière. L'histoire de la commune d'Evenos, sise dans le département du Var, en Provence, n'est pas, dans ses grandes lignes, bien différente de celles des autres villages de la région. Ensemble, ils ont vécu les mêmes grandes heures de l'histoire de France, de Provence et du Var, depuis la préhistoire jusqu'à nos jours.

 

 

 

Il est clair qu'un tel relief ne pouvait autoriser un habitat groupé mais plutôt une dispersion des fermes et des maisons, ou leur réunion en divers hameaux dispersés entre lesquels les communications ne pouvaient être que malaisées, souvent impraticables en période de mauvais temps. L'unité administrative, politique, économique, de ces éléments parcellaires ne pouvait être des plus aisée. L'isolement conduit toujours à un certain repli sur soi. Le piton du vieux village d'Evenos, Evenos montagne comme on l'appelle aujourd'hui et qui fut longtemps le chef lieu de la commune, le hameau du Broussan blotti dans sa cuvette, le hameau de Sainte-Anne, dans la plaine qui ouvre sur le Beausset et par où passe la route nationale de Toulon à Marseille, autrefois route royale et qui, pour ces raisons, deviendra le centre administratif de la commune moderne, tourné vers l'avenir, mais aussi les petits noyaux d'habitation qui, à diverses époques, ont pu s'établir dans les gorges du Destel ou celles dites d'Ollioules, dans la vallée du Cimay, sur le haut plateau d'Orvès, ou sur les massifs du Joug de l'Aigue, le Cap Gros ou le Mont Caume, ont constitué autant de lieu de vie divers, aux intérêts divergents, qui n'ont jamais rendu facile la tâche de la gestion et de la solidarité communale..

En dépit de tout cela, et par delà plus de 20 siècles d'histoire, la commune est toujours là, bien vivante et nullement amputée d'une partie de son territoire, comme le furent bien des communes voisines, Ollioules, la Cadière, la Garde, etc..

Un tel relief, une nature aussi sauvage, rocheuse, en bien des endroits stériles ne pouvaient permettre qu'à une petite communauté dispersée de vivre. Et fort pauvrement. Ce qu'attestent quatre siècles d'archives. Nous aurons l'occasion d'y revenir souvent.

 

 

 

Mais, paradoxalement, ce qui a fait, pendant des siècles, cette difficulté à vivre, se révèle aujourd'hui une chance inespérée et inattendue...

Dans notre monde postmoderne, profondément marqué par les conséquences de la démographie galopante, de la science envahissante et de la technique omniprésente, avec pour corollaire les nuisances sonores, les pollutions et dégradations multiples, les dangers réels ou potentiels, les embarras de la circulation automobile, l'extension des grands ensembles immobiliers et des zones commerciales et industrielles, cette petite commune, à la nature préservée et qui a vécu presque comme hors du temps, se révèle être devenue une sorte d'Eden, avec sa nature indemne, son paysage immaculé. Un lieu où il fait bon vivre. Un lieu où, plus exactement, on peut réapprendre à vivre d'une manière qui ne peut plus être celle d'un passé totalement dépassé ni celle d'un présent marqué, précisément, par un mal-être.

Un avenir à inventer. De POS en PLU, en attendant la suite à donner. L'avenir que chaque communauté entendra se donner. C'est là tout l'enjeu à venir.

Extrait d'Evenos info N°33 Auteur: Jean-Claude Léonide

 

 

Car une histoire n'est jamais terminée. Et le passé n'a d'intérêt que pour éclairer le futur

 
< Précédent   Suivant >